L’aménagement du jardin

QUELQUES IDEES DE BASE

La forme générale et les dimensions du projet sont adaptables et modulables à l’envie. Seuls les principes sont intangibles pour garantir le succès.
Le problème du point d’eau n’est pas abordé volontairement car il existe autant de solutions que de cas particuliers, du robinet d’eau potable à la récupération en passant par le puits, la mare, etc, etc…

1 LE SUREAU

Installé au nord-est il servira tout à la fois d’arbre fruitier (des gelées délicieuses) et d’abri pour les oiseaux.
A son pied, un tas de tiges creuses variées (déchets de taille du jardin) abritera les insectes auxiliaires et, pourquoi pas, une petite famille de hérissons.
Assis à son ombre, vous pourrez regarder, écouter, respirer votre jardin à toute heure et à toute saison.
A son pied, vous installerez une touffe dail des ours. Ses feuilles agrémenteront les soupes dès le mois de mars tout en aidant à éliminer les toxines de l’hiver.

Un sureau, c’est tout un monde à découvrir… et l’odeur des fleurs !!!

2 LES PETITS FRUITS (groseillier, cassissier…)

Les arbustes se développent peu, sont aimables et faciles de caractère et donnent à picorer dès la fin du printemps… S’il en reste, vous en ferez des coulis pour les desserts.

3 UNE CHAISE A L’OMBRE

On ne peut pas concevoir le jardin sans cet indispensable outil.
Vous y pourrez ressentir, imaginer, combiner, envisager, observer, goûter, respirer, méditer, sourire, comprendre enfin la vraie valeur du temps, pas celui qui passe mais celui que l’on a, que l’on peut moduler, adapter, savourer et laisser s’écouler à notre gré… et le tout en 3D…et odorama…

4 L’AIRE DE COMPOSTAGE D’ETE (au nord près du sureau)

C’est juste un espace où tout l’été vous cultiverez votre compost quand il ne sera plus possible de composter en place à cause des cultures.
Rappelez vous que tout déchet végétal est un trésor… vous pourrez même en récupérer chez vos voisins qui n’en n’ont pas l’usage (ex: déchets de tonte à sécher et stocker pour les paillages).
Il faudra faire deux tas côte à côte que vous nourrirez en alternance sur des périodes d’un mois. L’un des tas sera retourné et paillé pendant que vous nourrirez l’autre de tous les rebuts de la cuisine et du jardin ainsi que de feuilles ou d’herbes sèches.
Au printemps, après l’avoir  tamisé, vous en nourrirez vos cultures partout où vous n’avez pas composté sur place.
Les résidus grossiers du tamisage seront mélangés au nouveaux tas ou ils finiront de se décomposer. Pas une miette de végétal qui ne se mange pas ne doit quitter le jardin.
L’hiver, le compostage se fera en place sur les secteurs 6 – 7 – 8 – 9 – 12 – 13 et  15 sous un couvert de paille, d’herbe sèche ou de feuilles.
Vous pourrez composter en place dès qu’un espace se libère.

5 UNE TOUFFE D’ORTIES

Régulièrement tondue, elle vous fournira ses feuilles pour la cuisine. Ses branches adultes feront tisanes, décoctions et purins pour renforcer ou enrichir les cultures. Vous veillerez toutefois à ne pas laisser l’ortie monter en graine sous peine d’envahissement.

6 – 7 – 15 LES STRUCTURES  (tipis, arceaux, tours…)

Ces constructions sont installées là pour plusieurs années. Vous ameublirez le sol à travers le paillage afin d’y installer (en changeant tous les ans) des plants que vous aurez préalablement cultivés en pot. Les possibilités sont nombreuses. Les plus faciles et rentables sont : la christophine (ou chouchou), le haricot à rame (coco plat), la courge butternutt


Pour les haricots, vous sèmerez 3 à 5 graines par pot, un pot par pied de votre structure.

Pour les autres espèces, une touffe de 2 à 5 graines installées au centre suffira.
A mon goût le légume le plus facile et le plus original est la christophine.
Après l’avoir fait démarrer au chaud, vous pourrez l’installer dès la mi-mai.
Il est nécessaire de pincer plusieurs fois les pousses pendant l’été afin que la plante émette le maximum de ramifications.
Au pied des structures, en attendant le développement des plantes principales, on peut installer quelques mottes de salade qui profiteront du gîte et du couvert.

8   LA HAIE DES TOMATES

Au pied d’un treillage métallique (grillage à moutons, treillis à béton…) installé à demeure, vous ameublirez le sol à travers la paille en retirant les mauvaises herbes (plus indésirables que mauvaises d’ailleurs, il n’y a pas de mauvaises herbes, uniquement des herbes que l’on ne mange pas,ou moins souvent que les autres!)

Tous les 50 cm, vous creuserez un trou en écartant le paillage dans lequel vous installerez vos plants de tomates assez profondément.
Entre les tomates, quelques pieds de basilic, quelques touffes de tagètes les aideront à s’épanouir.
Il est facile de varier les basilics, on en trouve de nombreuses espèces.

Les tomates fixées au fur et à mesure sur le treillis ne nécessitent pas de taille particulière: on ne supprime que les branches cassées ou malades, ainsi que les feuilles fatiguées.

Quelques arrosages au purin d’ortie, un peu de cuivre et le tour est joué.

5   LES COURGETTES

Sur un tas de compost de l’hiver, on peut installer 3 ou 4 pieds de courgettes. En faisant vous-même les semis, vous pouvez en planter des jaunes, ou des rondes de Nice.
A mon goût les meilleures sont les jaunes (croquer dans une courgette grosse comme le doigt!!!!).
Pour gagner de la place, on peut tuteurer les courgettes sur des piquets solides… et en plus c’est esthétique.

10   LES FRAISIERS

Il est préférable d’en planter 2 ou 3 variétés (en godets, à l’automne) pour récolter plus longtemps, surtout si on mélange remontantes et non remontantes.
La culture sur une seule ligne (en butte) facilite l’entretien, la fumure et le paillage.
Vous vous contenterez de sarcler au printemps en ajoutant du compost, de pailler ensuite copieusement, et enfin de couper les stolons dès leur apparition.
Il est nécessaire de déplacer et de renouveler la plantation régulièrement (3 à 5 ans).
Vous accompagnerez vos fraisiers d’ail ou de poireaux qui sont leurs amis (les poireaux se repiquent au printemps, l’ail se plante à l’automne).

12 – 13   LES POIVRONS ET LES AUBERGINES

Trois pieds de chaque………même méthode que pour les tomates (en plus on ajoute un peu de corne torréfiée dans le trou de plantation.

14   LES PERPETUELLES……..LES AROMATIQUES

Ce sont toutes les plantes incontournables qui font le bonheur de la cuisine tout au long  de l’année.
Un romarin (pour ses fleurs aussi que les insectes adorent).
La bourrache…. de petites étoiles bleues dans les salades.
L’oseille vierge pour ses feuilles acidulées.
Le chou à jets (branchu du Poitou ou d’Aubanton) pour les soupes et les salades.
Le thym en grosse touffe odorante.
Du persil…. du cerfeuil.
Un oignon carambole ou oignon perpétuel pour ses tiges au printemps.
Une ciboulette pour ses fleurs surtout… en omelette.
Une livèche (ache des montagnes) pour cet arôme sauvage de céleri et de persil mêlés.
………..Et quelques autres peut-être.

 

 

Dans tous les espaces disponibles entre les zones fixes et les allées, on plante, on sème, au gré des saisons et des envies: carotte, radis, betterave, poirées multicolores, salades, oignon, navet………
Et pourquoi ne pas installer quelques asperges vertes……une touffe d’artichauts.
Et puis bien sur des fleurs….. plein de fleurs………..

 

 

Be Sociable, Share!