NOURRIR LE MONDE ? L’IMPOSTURE DE L’AGRO-ALIMENTAIRE .

11 juillet 2019 Le gênant vert On s'assied et on réfléchit

L’agriculture industrielle ne s’intéresse qu’au profit, au rendement, à l’aspect des aliments, quand elle ne produit pas carrément des matières premières pour l’industrie générale (faussement dénommés bio-matériaux bien que n’ayant rien de bio, bien au contraire).

Aucune des qualités premières d’un aliment (nutrition, santé, goût….) n’est prise en compte, cela n’intéresse ni les transformateurs ni les distributeurs qui n’ont d’autre critère que la rentabilité à tout prix.

Les procédés de transformation des aliments bruts visent eux aussi la rentabilité avant tout, en se pliant aux exigences mercantiles de la grande distribution, transformation est d’ailleurs le mot juste, les produits finis n’étant qu’une pâle évocation des produits d’origine.(qui ferait de la compote en broyant les fruits entiers pour aller plus vite ?)

Les matières travaillées ainsi que les process de mise en œuvre et de commercialisation imposent l’ajout de centaines de cochonneries appelées « additifs » et dissimulées sous des codes de peur de nous faire peur .Aucune de ces produits chimiques ou prétendus « naturels » n’a la moindre utilité nutritionnelle. Les additifs au mieux n’apportent rien, la plupart du temps sont suspects ou avérés toxiques.
L’un des premiers réflexes de sauvegarde est d’ailleurs de ne jamais acheter le moindre produit « alimentaire » contenant des additifs quelque soit leur nature.

Toutes ces « délicieuses » préparations « alimentaires » sont bien entendues présentées dans de magnifiques emballages et suremballages aguichants, vantant les qualités supposées, les bienfaits revendiqués, sans aucune espèce de preuve, du néant qu’ils dissimulent.
Il n’est pas rare que le poids de l’emballage soit supérieur à celui de la denrée qu’il promeut !!!!

Culture, transport, transformation, distribution, gaspillage en fin se course, tout cela génère une pollution importante que le consommateur endure et dont il paie in fine les conséquences sanitaires et environnementales.

Il devient donc urgent pour le consommateur de ne plus se laisser mener en bateau le plus simple étant tout simplement de ne plus se nourrir auprès de la grande distribution en privilégiant les circuits identifiables et locaux et en n’achetant que des produits « bruts » quitte à se remettre un peu en cuisine.

Fruits ou légumes,les aliments issus de l’agriculture industrielle ne sont que de pâles copies de ce qu’ils prétendent être. Le peu de qualités du départ sont de plus noyées par la transformation industrielle dans une soupe chimique qui les annihile complètement.

Be Sociable, Share!

Les commentaires sont fermes.

Une reponse vers “NOURRIR LE MONDE ? L’IMPOSTURE DE L’AGRO-ALIMENTAIRE .”